Archives par mot-clé : Samuel Leturcq

Atelier “Perspectives interdisciplinaires autour du Val-de-Loire à la Renaissance. Sources. Débats. Chantiers.”

Rémi Demoen – David Rivaud

La paroisse

La séance du premier mars 2023 était consacrée au sujet « La paroisse ». Pour l’envisager, Samuel Leturcq, maître de conférences en Histoire médiévale à l’Université de Tours, nous a proposé une synthèse historiographique, au croisement entre les disciplines archéologique et historique. Un bref compte-rendu sera ici présenté. 

On commencera simplement par rappeler la définition de la paroisse. En reprenant les mots d’Élisabeth Zadora-Rio, on peut dire qu’il s’agit d’une cellule ecclésiale aux dimensions à la fois spirituelles, symboliques, sociales et matérielles. « Avec son église, ses reliques, son autel, ses fonts baptismaux, son cimetière, ses dîmes, la paroisse articule toutes les composantes idéelles et matérielles de la société médiévale ». Elle renvoie dans un premier temps à la notion de communauté de fidèles, et dans un deuxième temps seulement au territoire paroissial où s’inscrivent des « pratiques sociales et culturelles des populations locales ». La territorialisation de la paroisse est un processus amorcé à partir des Xe-XIe siècles ; ce n’est qu’au XIIIe siècle que la paroisse est clairement définie comme un territoire délimité doté d’un centre. Ce territoire correspond lui-même à un maillon dans différents espaces : celui du diocèse, de la fiscalité ecclésiastique et, plus tard, royale (Zadora-Rio, 2008). 

Interroger à la notion de paroisse durant l’Ancien Régime revient de fait à réfléchir au territoire et à son occupation. Notons que ces problématiques avaient déjà été esquissées dans la thèse de Pierre Toubert sur le Latium (1973) ou dans les recherches de Philippe Ariès sur L’Homme devant la mort (1977). Travaillant sur la question de l’apparition du maillage villageois, sur les conditions de fixation, de polarisation et de hiérarchisation des centres de peuplement dans les campagnes médiévales, historiens et archéologues s’intéressent à partir des années 1980 au rôle des églises paroissiales, à l’émergence du cimetière chrétien et à la construction des territoires paroissiaux. L’ouvrage collectif L’église, le terroir, paru en 1989 sous la direction de Michel Fixot et Élisabeth Zadora-Rio est le fruit d’’un premier programme de recherche qui interroge le droit d’asile et sa traduction concrète dans l’organisation ecclésiale. L’enjeu est simple : identifier le rôle de l’Église, plus largement des communautés religieuses, dans l’organisation de l’espace rural. Cet angle d’approche est à replacer dans un contexte européen général de renouvellement des études archéo-historiques, notamment sous l’impulsion du développement de l’archéologie préventive. Une fouille programmée apparaît comme majeure en France : le site de Rigny-Ussé (Indre-et-Loire), sous la direction d’Elisabeth Zadora-Rio et Henri Galinié (de 1986 à 1999). La paroisse est de fait liée à la question de l’occupation du sol et repose donc sur les résultats archéologiques. Les fouilles des cimetières ont permis de cerner le rôle de l’église paroissiale comme centre de gravité autour duquel s’organisent les vivants et les morts durant la période médiévale ; Michel Lauwers utilise l’expression inecclesiamento, en contrepoint du concept d’incastellamento proposé par Pierre Toubert en 1973 pour insister sur l’importance du château et de la seigneurie châtelaine dans la structuration du peuplement dans le Latium. C’est autour du groupe église/cimetière que se fixent souvent à la fois le village et le territoire paroissial. L’ouvrage de 1989 ouvre ainsi la voie à deux décennies de recherche. 

Dans le monde francophone, celle-ci s’est d’abord concentrée autour des espaces de sépulture. C’est ce qu’atteste le second colloque ARCHEA de 1994, dirigé par Henri Galinié et Élisabeth Zadora-Rio et publié sous le titre Archéologie du cimetière chrétien. Michel Lauwers, dans Naissance du cimetière. Lieux sacrés et terre des morts dans l’Occident médiéval, paru en 1997, conceptualise le rôle de l’église paroissiale et du cimetière comme facteur essentiel de structuration du peuplement au cours des Xe-XIIe siècles. L’année suivante, Aymat Catafau publie un ouvrage qui vient interroger le phénomène des cellera catalans, espaces funéraires consacrés autour des églises, protégés par le droit ecclésiastique, qui servent de lieu de stockage des récoltes. Les celleres et la naissance du village en Roussillon offre un parfait exemple des résultats fructueux issus de la collaboration entre archéologie et histoire. Le groupe construit autour d’E. Zadora-Rio produit un nouveau jalon important au cours d’une table-ronde tenue à Tours : La paroisse, génèse d’une forme territoriale. Dirigé avec Dominique Iogna-Prat et Elisabeth Zadora-Rio, ce nouveau rendez-vous porte cette fois sur la mise en place des centres paroissiaux. L’accent est mis sur les structures d’encadrement religieux, et ce en regard de l’occupation du sol. L’ensemble est consacré l’année suivante par l’ouvrage de Dominique Iogna-Prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200). Cette étude historique, véritable pendant de celle de M. Lauwers sur le cimetière, pose la question centrale de savoir comment l’église centralise la société paroissiale ? Comment le pouvoir religieux des ordres façonne l’inscription spatiale ? L’historien interroge alors par les textes et l’archéologie le double sens progressivement acquis de Ecclesia, à savoir la communauté des fidèles autant que le bâtiment de leur réunion. 

De nombreuses études viennent affiner la compréhension de la construction des réseaux paroissiaux. Samuel Leturcq publie par exemple en 2007 Un village, la terre et des hommes, travail de thèse centré sur Toury en Beauce qui propose une relecture de l’inscription dans le terroir des communautés rurales, loin des seules logiques paroissiales. L’année suivante paraît Vilarnau : un village du Moyen Age en Roussillon, lequel est un bel exemple d’une approche pluridisciplinaire autour du village médiéval. Archéologues, historiens, anthropologues ou encore paléogénéticiens collaborent autour de ce foyer unique pour réfléchir l’occupation de l’espace rural au Moyen Âge. À une autre échelle, c’est également ce que fait E. Zadora-Rio dans la vaste étude collective Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire : la formation des territoires. Les travaux de Jean-Michel Gorry illustrent cette attention renouvelée aux territoires paroissiaux, et ce depuis son étude sur l’Indre-et-Loire dans la série du CNRS Paroisses et communes de France, parue en 1985. Comme il est rappelé dans l’introduction, l’ouvrage de 2008 ne constitue pas une « histoire de la paroisse, mais une étude de son inscription dans l’espace. » (p. 13.). L’enjeu est ainsi de comprendre la formation, les transformations et la « fossilisation » des territoires dépendants de l’autorité des églises. Cette attention aux limites territoriales a à nouveau déporté l’angle d’approche de la paroisse pour le centrer sur les hommes, comme membres de l’ecclesia autant que contribuables. 

Le début des années 2010 est ainsi marqué par plusieurs travaux successifs sur la dîme, comme marqueur pour définir le territoire paroissial. Le Flaran dirigé par Roland Viader couvre la période médiévale comme moderne et vient lier les grains, les terres et les hommes (voir l’article de clôture de Marc Conesa, p. 257-269). Deux ans plus tard, Michel Lauwers reprend une même approche dans son ouvrage collectif La Dîme, l’Église et la société féodale, centré tant sur l’espace français qu’italien. Les conclusions sont importantes dans la mesure où elles affirment des particularismes locaux (des dîmes) qui participent d’un mouvement général de territorialisation ecclésiale (résultant en la dîme). Son rôle est cependant nuancé dans la fixation territoriale des paroisses. L’impôt se pense d’abord au niveau de la communauté. Cette problématisation à la jonction entre les individus et le territoire est justement au cœur des travaux paru entre 2014 et 2016. Dans Du diocèse à la paroisse. Évêchés de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo (Ve-XIIIe siècle), Anne Lunven s’inscrit dans une historiographie récente, à la frontière de l’archéologie et de l’histoire, visant à interroger la continuité entre les découpes territoriales gallo-romaines et les évêchés du Moyen Âge. La paroisse est alors attachée au sanctuaire qu’est l’église quand ses limites sont pensées selon l’idée de discontinuité proposée par Elisabeth Zadora-Rio. En 2016, Florian Mazel, déjà membre actif des différents collectifs de chercheurs recensés ci-dessus, vient compléter ces perspectives en renouvelant la question des territoires des diocèses, avec L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle). Ajoutant une dimension géographique, l’historien propose une vaste synthèse sur les rapports entre les sociétés et l’espace. Durant le haut Moyen Âge, la gestion des âmes s’accompagne d’une progressive territorialisation du pouvoir ecclésiastique (il parle d’un « principe territorial »). Dans cette perspective, la paroisse est réfléchie comme maillage du diocèse, permettant l’exercice d’un pouvoir : le dominium (A. Guerreau), dont l’application relève des domaines tant religieux, juridique que fiscal. 

Au terme de ce bref aperçu des pistes explorées autour de l’objet paroisse, il est important de rappeler les conclusions partagées par les différentes entreprises de recherche. Du château et de la seigneurie aux cimetières, aux églises à la dîme et finalement au diocèse, cerner la paroisse revient toujours à considérer les hommes et leur organisation plus que d’envisager le seul territoire. Toutes les études ont en commun de souligner le rôle central de la réforme grégorienne dans la structuration des cellules ecclésiales. La paroisse est par définition une création médiévale (Dominique Iogna-Prat, 2017). Elle n’est pourtant pas le seul apparat des médiévistes. Il ressort de cette synthèse que la paroisse est surtout un objet d’étude au carrefour des disciplines, enrichi par le dialogue continu qui s’est construit sur plusieurs décennies, lequel a permis de redéfinir les approches du territoire, de son occupation et de son organisation sur le temps long. 

Bibliographie et liens vers les ouvrages numérisés 

Jean-Michel Gorry, Paroisses et communes de France. 37, Indre-et-Loire. Paris, CNRS Éditions, 1985.

Henri Galinié, Élisabeth Zadora-Rio (dir.), Archéologie du cimetière chrétien, Tours, FERACF, 1996 (Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, 11). 

https://www.persee.fr/issue/sracf_1159-7151_1996_act_11_1

Aymat Catafau, Les Celleres et la naissance du village en Roussillon : Xe-XVe siècles. Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, 1998

https://books.openedition.org/pupvd/1798

Dominique Iogna-Prat, Elisabeth Zadora-Rio (dir.), « La paroisse, genèse d’une forme territoriale » [En ligne], Médiévales, 49, automne 2005, mis en ligne le 05 mars 2008. 

https://journals.openedition.org/medievales/3132

Dominique Iognat-Prat, La Maison Dieu. Une histoire monumentale de l’Église au Moyen Âge (v. 800-v. 1200), Paris, Seuil, 2006. 

https://www.cairn.info/la-maison-dieu–9782020862578.htm

Samuel Leturcq, Un village, la terre et les hommes. Toury en Beauce (XIIe-XVIIsiècles), Paris, Éditions du CTHS, 2007 

Olivier Passarrius, Richard Donat, Aymat Catafau (dir.), Vilarnau : un village du Moyen Age en Roussillon, Trabucaire,2008.

Élisabeth Zadora-Rio (dir.), Des paroisses de Touraine aux communes d’Indre-et-Loire : la formation des territoires, Tours, FERACF, 2008 (Supplément à la Revue archéologique du centre de la France, 34). 

https://www.persee.fr/issue/sracf_1159-7151_2008_ant_34_1

Roland Viader (dir.). La dîme : Dans l’Europe médiévale et moderne, Toulouse, Presses universitaires du Midi, 2010. 

https://books.openedition.org/pumi/9193

Michel Lauwers (dir.), La dîme, l’Église et la société féodale, Turnhout, Brepols, vol. 12, 2012. 

Anne Lunven, Du diocèse à la paroisse. Évêchés de Rennes, Dol et Alet/Saint-Malo (Ve-XIIIe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2014.

Florian Mazel, L’évêque et le territoire. L’invention médiévale de l’espace (Ve-XIIIe siècle), Paris, Seuil, 2016. 

Dominique Iognat-Prat, « Sens et usages du territoire médiéval », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2017/1 (72e année), p. 99-107.